Deux grenoblois dans le sud

Deux grenoblois dans le sud

Les risques et les dangers du jardin pour les animaux

Pour nous tous qui aimons par dessus tout nos animaux de compagnie, il nous faut être conscient que si le jardin est un havre de paix pour notre animal et nous mêmes, il n’en recèle pas moins d’un bon nombre de dangers que nous devons connaître afin de les éviter… surtout si votre chien ou chat dort dehors. Nous, maîtres, devons apprendre à limiter ces dangers dont certains peuvent être mortels.

 

Les fleurs et plantes :

 

Certaines plantes et fleurs du jardin, par ailleurs très jolies, peuvent entraîner de graves intoxications chez nos animaux. La plupart du temps, l'intoxication reste bénigne, les animaux ingèrent de petites quantités, et heureusement en général ne trouvent pas le goût à leur convenance (amer ou irritant) et s’arrêtent spontanément. La plupart des plantes induisent des troubles digestifs de sorte que les animaux vomissent la plus grande partie, ce qui favorise l’expulsion des toxiques. La toxicité des plantes est variable selon la variété de la plante, sa maturité, selon la partie que l’animal ingère, selon que la plante ait été mâchée ou non. Certaines plantes sont réellement très toxiques et peuvent entraîner de graves troubles :

 

L'if : plante mortelle. Un arbuste ressemblant au sapin, dont les feuilles, bois et écorces sont toxiques alors que les baies ne le sont quasiment pas. L'ingestion d'une faible quantité de cette plante peut entraîner la mort rapide de l'animal, en quelques heures, après des troubles de l'équilibre et des convulsions. Il n'existe aucun traitement efficace ni aucun antidote.

 

Le laurier-cerise : Son ingestion peut conduire à la mort après des troubles respiratoires et éventuellement nerveux. Lors d'ingestion modérée, les symptômes peuvent rétrocéder. Sinon, la mort survient généralement rapidement. Des traitements sont possibles mais souvent illusoires compte-tenu de l'évolution très rapide de l'intoxication.

 

Le laurier-rose est une plante mortelle, elle est toxique par son bois, ses feuilles, ses fleurs… La dose toxique est de l'ordre de 3g de feuille par kilo. Toute la plante contient à la fois des substances irritantes et des produits cardiotoxiques. Elle est réputée très toxique : des animaux se seraient intoxiqués en buvant dans un abreuvoir contenant des feuilles de laurier-rose ! Toutes les parties de la plante (et les décoctions !) sont toxiques. Les troubles sont essentiellement digestifs et cardiaques, puis nerveux et respiratoire, avec mort par asphyxie. Il n'existe aucun traitement efficace.

 

Le cyclamen : La sève du cyclamen est irritante mais la partie la plus toxique de la plante est le rhizome. L’ingestion de ces racines entraîne une destruction des globules rouges, une gastro-entérite, des convulsions et peut aboutir éventuellement à la mort de l’animal.

 

Le rhododendron et les azalées : toutes ses parties sont toxiques ! A faible dose, irritations buccales et autres troubles digestifs, à forte dose, les toxines entraînent des tremblements musculaires, une paralysie, une ataxie et une toxicité cardiaque (bradycardie, arythmies). Dans un deuxième temps, des complications peuvent apparaître au niveau hépatique.

 

Les Aracées (Dieffenbachia, Philodendron, Monstera) : La toxicité est maximale pour le Dieffenbachia et le Philodendron. Les toxiques sont présents dans la sève (latex) qui sort par les blessures de la plante ou exsude des feuilles. Le latex est très irritant pour les tissus avec lesquels il entre en contact : la bouche (hyper salivation, sensation de brûlure...), le pharynx (gêne respiratoire), l’estomac (vomissements...), la cornée (kératite, ulcère cornéen lors de projection de sève dans l’œil), la peau, etc. L'évolution se fait sur quelques jours.

 

Les Amaryllidacées et les Iridacées (Narcisse, Amaryllis, Iris) : L'intoxication se produit par ingestion des bulbes ou des feuilles. Elle se traduit essentiellement par l'association classique "salivation, vomissements, diarrhée". Rarement, des symptômes nerveux (sédation, convulsions) et cardiovasculaires (hypotension, ralentissement cardiaque) peuvent apparaître.

 

Les Liliacées : (Tulipe, Chlorophytum (Phalangium), Jacinthe, Sansevieria, Yucca) : Les toxines sont présentes dans les bulbes et à un moindre degré dans les feuilles. A faible dose ces plantes entraînent des irritations locales : bouche (hyper salivation), appareil digestif (vomissements diarrhée), peau (dermites...) etc. L'évolution est en général favorable en 1 ou 2 jours.

 

Liliacées à toxicité cardiaque : Muguet, Sceau de Salomon : L'intoxication se fait par ingestion des feuilles et de fleurs (en mai) ou des baies (en automne). La plante contient des substances cardiotoxiques. Lors d'ingestion massive, des troubles cardiaques apparaissent.

 

Liliacées à toxicité sanguine : Ail, oignon, échalote etc. : Les symptômes peuvent apparaître à partir d'une consommation de 5 à 10g d’oignon frais par kilo de poids. Les toxines agissent sur les globules rouges qu'elles détruisent. Il en résulte une anémie puis une jaunisse. Les symptômes se déclarent généralement 1 à 3 jours après l'ingestion. La récupération est longue, 1 à 2 semaines. Si la dose absorbée est importante, l'évolution est potentiellement mortelle.

 

Les solanées : Belladone, Datura : L'intoxication par les plantes fraîches est rare car le goût de ces plantes semble vraiment repoussant. La plante contient des produits proches de l'atropine. Cela entraîne de la constipation, une dilatation des pupilles, une accélération du cœur et de la respiration, une augmentation de la soif et du besoin d'uriner, des tremblements musculaires... Le plus souvent les symptômes disparaissent en 2 à 6 jours. L'intoxication est rarement mortelle.

 

Pommier d'amour, Faux jasmin (espèce Solanum) : Ce sont plus particulièrement les fruits qui sont toxiques. Ils déclenchent une hyper salivation, une gastro-entérite, et, dans de rares cas, des signes neuromusculaires (somnolence, incoordination, parfois convulsions). L'évolution est généralement favorable en quelques jours.

 

Les légumineuses : Abrus, Mimosa du japon (Poinciana), Robinia pseudo acacia, Glycine, Cytise : Les feuilles, les fleurs et surtout les baies sont toxiques. L'ingestion provoque une gastro-entérite hémorragique, et, dans les cas graves, des symptômes nerveux (tremblements musculaires, convulsions) et la mort.

 

Il faut cependant relativiser et convenir que les accidents graves semblent rares.

 

En résumé, les plantes à éviter :

  • Cactus Candélabre - Couronne d'épines (euphorbe splendide) : Modérément toxiques
  • Dieffenbachia : Modérément toxique
  • Gui : Très toxique
  • Herbe aux chats (cataire) : Faiblement toxique
  • Hortensia : Très toxique
  • Houx : Modérément toxique
  • Laurier Rose : Très toxique
  • Lierre : Faiblement toxique
  • Lis   (et autres liliacées) : Très toxiques
  • Philodendron : Modérément toxique
  • Poinsettia : Faiblement à modérément toxique
  • Raisin (frais ou sec) : Modérément toxique
  • Rhododendron : Modérément toxique
  • Cerisier de Jérusalem
  • Chrysanthème
  • Cycade du Japon
  • Jacinthe
  • Jonquille
  • Pied-d'alouette
  • Tulipe…

Les produits chimiques :

 

Ces intoxications sont souvent graves. Le risque est en général précisé sur l’emballage par des symboles assez parlants : une tête de mort pour un produit toxique et une croix pour un produit irritant ou nocif.

 

Les insecticides : Si vous êtes adepte des insecticides et que vous en répandez en doses massives dans votre jardin, vous pouvez empoisonner votre chien ou votre chat. Consultez la notice de votre produit avant de laisser votre animal gambader dans les parcelles où du pesticide a été répandu.

 

Les anti limaces :

Il existe deux types d'anti-limaces, tout aussi dangereux l'un que l'autre. Les anti-limaces contenant du méthiocarbe provoquent des symptômes dans l'heure qui suit l'ingestion : démarche rigide, agitation, hyper salivation, larmoiements, vomissements, diarrhée, crampes, respiration difficile, fréquence cardiaque lente. Les anti-limaces contenant du métaldéhyde peuvent provoquer en 1 à 2 heures les symptômes suivants : incoordination, hyper salivation, vomissements, difficultés respiratoires, peur ou agressivité, convulsions, température corporelle extrêmement élevée, diarrhée, réactions allergiques, crampes. Méfiez-vous également des anti-limaces contenant un répulsif pour chats et chiens. Ils ne fonctionnent pas tous et des intoxications à ces granulés ont été observées. Si vous voulez absolument utiliser des anti-limaces, disposez- les sous un tunnel de briques par exemple.

 

Méthode naturelle de lutte contre les limaces : la bière sans alcool, le marc de café, les coquilles d'oeuf, le papier journal.

 

Les désherbants :

Désherbant contenant du phenoxy acide carboxylique - Ces désherbants ne sont toxiques pour les animaux de compagnie et domestiques que lors d'une ingestion de grande quantité. Symptômes: Irritation des muqueuses, vomissements, diarrhée, coliques, manque d'appétit.

Désherbant contenant du chlorate de sodium : très toxiques pour tous les animaux de compagnie et domestiques. Les chlorates ont une saveur salée appétente pour les animaux. Les chiens sont particulièrement touchés. Symptômes : Vomissements, diarrhée, coliques, démarche ébrieuse, augmentation de la fréquence cardiaque, respiration rapide, coloration brun-chocolat du sang, urines hémorragiques, mort par asphyxie.

Désherbant contenant du dinitrophénol - Ces désherbants sont très toxiques pour tous les animaux de compagnie et domestiques. Symptômes: Coloration jaune-orange des ouvertures corporelles, faiblesse, fatigue, soif, augmentation de la fréquence cardiaque, respiration rapide, hyperthermie.

Désherbant contenant du dipyridilium (diquat et paraquat) - Ces désherbants sont très toxiques pour tous les animaux de compagnie et domestiques. Symptômes: Après 1 à 3 jours: lésions de la peau et de la muqueuse, vomissements, diarrhée, coliques, crampes, sécrétion de l'urine perturbée, suffocation possible, hyperthermie.

 

Méthode naturelle pour désherber : l'eau chaude, les chalumeaux spécifiques, le paillis et la farine de son de maïs comme anti germinatif

 

Lutte contre les champignons :

Tous ces produits sont très toxiques :

Les désinfectants contenant du mercure : Symptômes : Mouvements perturbés, tressaillements des muscles, crampes, paralysies, réactions allergiques, défaillance aiguë des reins.

Les fongicides contenant de l'étain organique : Symptômes: œdèmes au cerveau et à la moelle épinière (accumulation de liquide dans les tissus corporels) d’où vomissements, photophobie, paralysie voire convulsions.

Les fongicides contenant du cuivre : Symptômes: Faiblesse, manque d'appétit, vomissements, diarrhée, coliques, salivation, selles vert bleu, urine contenant du sang, pâleur.

 

Méthode naturelle : purin d'ortie et de prêle

 

Lutte contre les fourmis :

Tous les tue-fourmis et notamment à base d’arsenic : mortel.

 

Lutte contre les rongeurs :

Les intoxications les plus courantes le sont à la mort aux rats, produit extrêmement toxique : Direction immédiate chez le vétérinaire.

Mort-aux-rats avec des dérivés de coumarin : Symptômes différés par rapport à l’ingestion du toxique: Saignements par toutes les ouvertures corporelles, hématomes, refroidissement (en-dessous de 35 degrés), fatigue marquée, respiration difficile, cécité.

Mort-aux-rats contenant de l'ANTU : Les chiens sont particulièrement en danger. Symptômes : Les animaux restent dans la même position, salivation, vomissements, toux.

Mort-aux-rats contenant des phosphides : Symptômes: Respiration difficile, vomissements, coliques, fréquence cardiaque élevée, crampes.

Mort-aux-rats contenant du bromethalin : Symptômes: Mouvements perturbés, vomissements, tressaillements musculaires, crampes, paralysies, réactions allergiques.

Mort-aux-rats contenant du scilliroside - Mort-aux-rats extrêmement toxique. Symptômes: Forts vomissements, forte irritation des muqueuses, troubles de l’équilibre, prostration, parfois convulsions, battements cardiaques lents et irréguliers.

Mort-aux-rats contenant du thallium - N'est utilisée aujourd'hui que rarement pour la lutte contre les petits mammifères. Symptômes: Intense coloration rouge des muqueuses, perte du pelage, salivation, vomissements, crampes, respiration difficile.

Mort-aux-rats contenant du cholécalciférol (vitamine D3) : symptômes 12 heures à quelques jours après ingestion : anorexie, faiblesse, vomissements, constipation, plus rarement diarrhée, urines émises en grande quantité puis défaillance des reins.

Poison contre les petits mammifères et les oiseaux avec de la strychnine : Appâts pour l'élimination des oiseaux, des petits mammifères ou des renards : Symptômes : Les animaux peuvent mourir dans les 30-40 minutes après l'ingestion du poison par paralysie respiratoire.

Poison contre les souris des champs avec de la crimidine - Poison convulsif extrêmement toxique utilisé contre les souris des champs et les campagnols. Symptômes: Salivation, ébriété, vomissements, peur ou agressivité, mouvements de rameurs intenses, crampes.

(Je connais deux chiens qui ont dû être hospitalisés d'urgence suite à ingestion de mort aux rats, dont l'un deux fois : il s'agit là d'imprudence des maîtres avant tout...)

 

Méthode naturelle de lutte contre les rongeurs : le chat

 

Les engrais :

Engrais contenant de l'urée - Ils sont toxiques pour tous les animaux et particulièrement pour les chevaux. Symptômes: Tressaillements des muscles, crampes, paralysies.

Engrais contenant du nitrate / du nitrite. Symptômes: Mouvements non coordonnés, convulsions, refroidissement, salivation, vomissements, diarrhée, coliques, fréquence cardiaque élevée, respiration rapide, coloration brun-chocolat des muqueuses.

Engrais contenant des phosphates. Symptômes: Salivation, diarrhée, coliques. (idem que pour l’urée)

 

Méthode naturelle : le purin d'ortie, de prêle, les engrais verts, le compost

 

Les coques de cacao et engrais à base de cosses de cacao :

Les coques de cacao contiennent de la théobromine (voir les dangers du chocolat). Elles sont utilisées comme paillis dans les jardins d'ornement. C'est un produit écologique, naturel et entièrement organique mais il représente néanmoins un danger pour nos animaux surtout pour les chiens qui mangent les coques. Des engrais à base de cosses de cacao sont proposés au jardinier amateur. Ces cosses de cacao contiennent de grandes quantités de théobromine. Cette substance est la même que celle retrouvée dans le chocolat. Elle est responsable d’intoxications, souvent très sérieuses, chez le chien. Les chiens apprécient beaucoup ce type d’engrais parfois utilisés en grandes quantités pour améliorer les sols. Selon la quantité ingérée les symptômes peuvent êtres très graves. L'engrais au cacao contient 14 à 30 mg de théobromine au gramme d'engrais. Une dose de 100 à 150 mg/kg de poids corporel est potentiellement létale. Pour un chien de 10 kg cela représente environ 30 gr d’engrais seulement !

 

Les animaux venimeux :

 

De nombreux animaux « dangereux » peuvent se trouver dans votre jardin et faire courir un danger à vos compagnons, notamment :

 

Les chenilles processionnaires : DANGER : Le chien qui flaire ou lèche une chenille processionnaire risque une grave infection de la langue. Si vous soupçonnez que votre chien a approché une chenille processionnaire, il faut l’amener d’urgence chez le vétérinaire.

 

Le crapaud : Les substances contenues dans la peau du crapaud, et même lorsque celui-ci est mort, sont nocives pour le chien qui les mord. Ces substances ont un effet irritant pour la cavité buccale et l'estomac, provoquant salivation, vomissements et diarrhées. Parfois, des tremblements et des convulsions peuvent aussi survenir. Elles ont aussi des effets néfastes sur les battements du coeur qui seront ressentis plus fortement par les animaux de petite taille, et qui peuvent entraîner le décès. Il est impératif de contacter votre vétérinaire. En attendant, vous pouvez le soulager en appliquant des compresses imbibées de bicarbonate de sodium dilué dans l'eau, sur la langue et les gencives, afin de nettoyer la gueule et d'éliminer un maximum de substances toxiques.

 

Selon les régions, les vipères représentent aussi une véritable source d’envenimation. Typique par ses trois plaies punctiformes en Y lorsqu’elle est visible, elle nécessite l’application d’un aspi venin si la fourrure le permet. La consultation chez le vétérinaire le plus rapidement possible s’impose. Il faut calmer et rassurer l’animal mordu afin d’éviter toute excitation qui favoriserait la propagation du venin.

 

Les scorpions (peu nombreux en France) dont la piqûre égale celle d’une guêpe peut entraîner un oedème de Quincke (la tête enfle) il suffit d’appliquer du froid localement (de la glace dans une serviette éponge) pour arrêter les gonflements et amorcer la résorption de l’œdème. L’apparition de troubles des voies respiratoires supérieures entraînera la consultation vétérinaire.

   

Les autres dangers du jardin :

 

La briquette de charbon tombée du barbecue. Si votre animal l’avale, elle peut se coincer dans l’estomac, causer des vomissements et requérir une opération d’urgence.

 

Les restes du barbecue : Evitez de donner les restes de viande du barbecue à votre chien. Les parties grasses et brulées, voire carbonisées peuvent se révéler très mauvaises pour votre compagnon. Par ailleurs, faites particulièrement attention aux pics en bois des brochettes qui peuvent transpercer le palais et la gorge du chien.

 

les pâtes «allume barbecue», ces petits blocs qui ressemblent à de gros sucres, loin d’être anodins Contenant du métaldéhyde, puissant toxique convulsivant au même titre que la crimidine ou la strychnine, ils sont excessivement dangereux en cas d’ingestion.

 

Les filets et autre barrières : assurez-vous que le matériau de votre barrière ne comporte pas de bords coupants ou d'échardes. Votre animal peut se prendre au piège d’un filet en approchant trop près du potager. Pensez aux mailles très fines qui éviteront les accidents.

 

Les clôtures électriques : En touchant ou mordant la clôture, votre animal recevra une décharge électrique qui pourra le paralyser et par conséquent, il pourra avoir quelques difficultés à s’en défaire.

 

Les outils de jardin: Assurez-vous que les outils tranchants ou non soient à l’abris afin d’éviter coupures ou autres blessures. Rangez la tondeuse, tailleuse de mauvaises herbes, tronçonneuse et tous les objets du même type doivent toujours être tenus hors de portée des animaux de compagnie. Penser également à ne pas laisser trainer les pulvérisateurs ayant servi à répandre des produits chimiques, un chien pourrait en lécher l’embout et cela suffit largement à l’empoisonner s’il s’agit d’un produit hautement toxique.

(Je connais un chien qui s'est "planté" sur un rateau : blessure relativement profonde à la patte...)

 

Piscines et jacuzzis : Comme les enfants, les chiens adorent faire un plongeon, mais parfois, les parois sont trop hautes pour leur permettre d'en sortir en toute sécurité. Assurez-vous de toujours couvrir vos plans d'eau ou de les protéger par une barrière et le maitre mot, comme pour les humains, est surveillance...

(J'ai une amie qui malheureusement a perdu son chien qui s'est noyé dans la piscine, "happé" par la bache qui s'est refermée sur lui).

 

Les réservoirs d’eau de pluie : Pensez à bien les fermer grâce à un solide couvercle. Votre chien ou chat peut vouloir grimper dessus et n’étant pas solide, tomber à l’intérieur et se noyer ne pouvant y ressortir sans votre aide.

 

QUELLE ATTITUDE ADOPTER EN CAS D'EMPOISONNEMENT

 

N’oublions pas que nos animaux mangent de tout ! Le chien est pire qu’un enfant, il a accès à tout et ne connaît pas de limite.

En cas d’empoisonnement, dans tous les cas, il faut réagir vite. Un vétérinaire ou un service d’urgences animal doit être consulté dans les meilleurs délais. Si possible, emportez avec vous l'emballage du produit pour faciliter le diagnostic : les médicaments adéquats ou antidotes, s'ils existent, pourront alors être rapidement administrés.

 

Vous pouvez également contacter un centre anti-poisons vétérinaire

Lyon (24h/24 et 7/7) : 04 78 87 10 40

Nantes CAPAE ONIRIS (24/24 et 7/7) : 02 40 68 77 40

 

Alfort (de 9 à 17 h, jours ouvrables) : 01 48 93 13 00

Toulouse (de 9 h à 17 h, jours ouvrables) : 05 61 19 39 40

 

Sources : Association Pour la Promotion de la Santé Animale, Au jardin, chien on line, Dr Marc HERVÉ vétérinaire.

 



04/08/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres