Deux grenoblois dans le sud

Deux grenoblois dans le sud

CORSICA... vacances... notre joli gîte

Capture d’écran 2017-08-27 à 13.18.36.png    Capture d’écran 2017-08-27 à 13.19.55.png

 

Bonghjornu CORSICA…

 

La Corse, une île magique, mystérieuse où je n’étais pas retournée depuis 30 ans... Depuis le continent, les clichés ont la vie dure et les idées reçues sont toujours d’actualité ;  en 15 jours nous n’avons même pas vu de corse en cagoule ni entendu un seul coup de feu !!! Il vaut mieux en rire…

 

15 jours en immersion dans un tout petit village dans la vallée du Taravo à plus de 40 km d’Ajaccio, dans le superbe gîte de Rémi. Descente du bateau, ravitaillement dans un grand supermarché à Ajaccio, puis direction FORCIOLO, 25 âmes toute l’année et quelques 100 personnes lors du débarquement des pinzutu (En Corse, le mot « pinzutu » désigne entre autres le français, le continental, celui qui parle « pointu » !). FORCIOLO, un joli village tout en pierres où tout le monde se connaît, et l’union entre les gens se fait en partie grâce à Pierre qui tient le seul commerce du village, le « jeunesse bar ». On s’y arrêtera un soir, et on s’en rappellera…

 

Les vacances commencent dès le pied posé sur la terre de corse, ravis de ne plus ressentir le roulis du ferry, et à partir de ce moment là, nous allons vivre des moments hors du temps, au contact des corses, de leurs habitudes, de leur vie quotidienne. Un réel plaisir que de les côtoyer de près pour mieux les comprendre et apprendre sur cette île qui a fait couler beaucoup d’encre de tous temps, de Tino Rossi au FLNC.

 

Côté gîte, nos critères sont identiques d’une année sur l’autre : un endroit isolé, très isolé si possible, où les chiens sont acceptés (Fidji nous suit partout), de préférence en montagne ou à la campagne mais en tout cas loin de l’agitation des plages, aussi belles soient elles. Encore une fois, nous avons trouvé notre bonheur : Muntetu, nous sommes superbement bien accueillis par Rémi, Cécilia et Tony : A peine sortis de nos voitures, un verre de Casanova à la main, nous allons prendre possession de nos nouvelles demeures et le décor est planté… le réseau va fonctionner, nous allons nous régaler…

 

Nous prenons nos marques, tranquillement entre amis, dans ces deux superbes petites maisons en pierre, bien équipées, séparées par une cuisine d’été bar et par la piscine, au milieu du maquis, tout près d’un "fleuve" ou rivière puisqu'en langue corse, ces deux termes sont représentés par le même mot (fiume), le « fleuve Taravo »… A quelques encablures de nos maisons, il coule tranquillement, une petite balade s’impose pour découvrir cet endroit calme et reposant… Ici tout est beau, il faudrait vraiment être difficile pour ne pas apprécier, je crois qu’on va être bien, très bien en Corse !

 

Parole de la chanson d'Antoine CIOSI "Le Pinzutu"... A méditer !

Le Pinzutu

 

Ô toi le pinzutu, toi qui débarque sur notre île,
Ô toi le pinzutu, toi qui arrive des grandes villes,
Et prétend tout savoir, et tout connaître en rien de temps,
En te disant dans un sourire, c'est tellement petit pourtant.
 
Sais-tu que la Corse, ce n'est pas seulement Porto,
Les ports et les plages de Calvi ou bien de Sisco,
C'est aussi son histoire qu'on raconte dans les veillées,
Autour d'un feu de bois, très tard, ou sous les châtaigniers.
 
Si tu n'as pas vu, le maquis recouvert de fleurs
Le printemps venu, avec la neige pour décor,
Ni jamais entendu les pleureuses de mauvais sorts,
Elles ont presque disparu, même les traditions meurent.
 
Si tu n'as pas vu, pendant le jour du Catenacciu,
Marcher dans les rues les repentis qui vont pieds nus,
Si tu n'as pas mangé U casgiu venachese
U figatellu sur la braise en buvant l'eau de vie aschese,
Si tu n'as jamais vu danser la manfarina
Alors ne dis surtout jamais, jamais, jamais, jamais,
Que tu connais la Corse.

 

 


 


 

 

Prochain article : Sartène, Tizzano, Cauria.



26/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 63 autres membres