Deux grenoblois dans le sud

Deux grenoblois dans le sud

BOUCHES DU RHONE : La Patrouille de France à Salon de Provence

 

Capture d’écran 2018-10-07 à 10.24.30.png


La Patrouille de France est l'ambassadeur de l'aéronautique française et de la France à l'étranger. C'est la patrouille acrobatique officielle de l'Armée de l'air française. Elle est stationnée sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence dans les Bouches du Rhône. Depuis 6 ans que nous habitons à 10 km de là, il n'est pas rare de voir les avions s'entrainer et dessiner des volutes tricolores dans le ciel provençal, l'hiver étant la saison des entrainements et la saison estivale celle réservée aux manifestations aériennes.

 

Actuellement, la PAF (Patrouille acrobatique de France) est composée de 9 pilotes et de 35 mécaniciens. Elle ouvre traditionnellement le défilé du 14 Juillet à Paris, à 9 Alphajets, mais réalise avant tout une démonstration d'une vingtaine de minutes alternant changements de formations et croisements impressionnants.

 

Un peu d'histoire

 

C'est en 1931 qu'eut lieu la première démonstration aérienne de la Patrouille de France à 3 appareils seulement sur le terrain d'Étampes-Mondésir. Elle est à ce moment là appelée la « Patrouille d'Etampes ». Entre 1932 et 1939, la patrouille est choisie pour représenter la France lors de meetings internationaux.

En 1935, la « patrouille d'Étampes » est convertie sur MS.225 et passe à 5 appareils en 1936. En 1937, elle rejoint Salon-de-Provence, prenant l'appellation de « Patrouille de l'École de l'air ». La Seconde Guerre mondiale interrompt ces différentes activités.

En 1947, le ministère de l'Air crée une Escadrille de présentation de l'Armée de l'air dirigée par le capitaine Perrier, ancien pilote de la Patrouille d'Étampes. Devant le succès des représentations, diverses formations voient le jour au sein de l'Armée de l'Air. En 1952, le commandant Pierre Delachenal, forme une escadrille de quatre Republic F-84 G. Lors d'un meeting aérien en 1953 sur le terrain de Maison-Blanche en Algérie, le commentateur du show de l'escadrille la baptise « Patrouille de France ».

En 1964, suite à des restrictions budgétaires, la patrouille est dissoute. Soucieux de ne pas voir disparaître le nom de Patrouille de France, le ministère des Armées décide que les 6 Fouga Magister de la base de Salon-de-Provence vont devenir le flambeau de la voltige aérienne française jusqu'en 1980 où l'Alphajet devient alors le fer de lance de la Patrouille de France en 1981 avec 7 appareils. Ce chiffre est porté à huit en 1982.

Le 25 novembre 2009 pour la première fois au monde, une patrouille acrobatique est commandée par une femme puisque c'est à cette date que le commandant de l'Armée de l'air Virginie Guyot devient leader de la Patrouille de France.

 

Trois pilotes intègrent chaque année la patrouille. Ce sont des pilotes de chasse de l'armée de l'air volontaires. Ils doivent détenir la qualification de chef de patrouille et totaliser au moins 1 500 heures de vol sur avion à réaction pour pouvoir postuler.

 

Composition de l'équipe 

 

Le leader : Athos 1 reste à son poste sur une période d'un an, il est le seul pilote indispensable dans la patrouille et ne peut être remplacé. Chef d'orchestre de la patrouille, il détermine avec son équipe les figures et formations que la patrouille utilisera.

Les intérieurs : Respectivement Athos 2 et Athos 3. Ils sont en première année à la patrouille et évoluent au plus près du leader lors des vols en formation.

Charognard : Athos 4, il tire son surnom de sa position : placé derrière le leader il en avale littéralement ses fumées et prendra sa place l'année suivante.

Les extérieurs : Athos 5 et Athos 6 font partie des équipiers les plus éloignés du leader. Leurs places respectives au sein de la formation leur demande beaucoup d'anticipation et de concentration pour bien tenir les formations.

Les solos : Athos 7 (leader solo) et Athos 8 (second solo) effectuent des croisement et des percussions lors de la "synchronisation", seconde partie du programme.

Le remplaçant : Athos 9 est le pilote le plus ancien à la Patrouille, puisqu'il a occupé les postes d'intérieur, de second solo et de leader solo les années précédentes. Il doit être capable de remplacer n'importe quel équipier. Il ne peut cependant pas remplacer le leader.

 

Les mécaniciens 

 

Ils sont également choisis par cooptation parmi les mécaniciens de l'armée de l'air. Ils sont tous volontaires et travaillent parfois tard la nuit pour assurer la mission du lendemain.

 

Ils sont répartis en deux équipes :

 

L'équipe dépannage : elle s'occupe des dépannages nécessitant une immobilisation de l'avion et des opérations d'entretien programmées. Cette équipe reste à Salon-de-Provence durant la saison estivale, et assure le soutien en base arrière, ou quand la patrouille rentre de meeting.

L'équipe « piste / meeting » : Selon la tradition, le mécanicien de piste choisit son pilote. Il l'accompagne alors durant la saison estivale sur tous les meetings, et vole en place arrière pour les vols de transit. En combinaison « bleu pétrole », il assure la mise en œuvre à chaque départ et retour de vol. La confiance entre le mécanicien et son pilote est totale.

 

Le Transall d'accompagnement :

 

Un C-160 Transall accompagne la Patrouille de France à chacun de ses déplacements pour le soutien logistique, en transportant une dizaine de tonnes de matériel, ainsi que le personnel nécessaire à la mission. Il peut être amené à faire des rotations jusqu'à Salon-de-Provence à partir d'un lieu de meeting si la situation l'exige.

 

Le programme de la Patrouille de France est renouvelé chaque année. Chaque programme, appelée « série », est déterminé par le leader en concertation avec tous les membres de son équipe.

 

Les pilotes évoluent à des vitesses comprises entre 300 et 800 km/h, et sont espacés de seulement 2 à 3 mètres.

 

Les avions de la Patrouille de France présentent des différences caractéristiques : la peinture bleu-blanc-rouge, le pod fumigène qui remplace le pod canon et un phare dans le nez ont été rajoutés pour les besoins de la Patrouille. De plus, le viseur, inutile pour ce type de vol, a été démonté pour offrir une meilleure visibilité.

 

Les partenariats

 

La Patrouille de France apporte son soutien à des associations, et réalise des partenariats. En 2011, la Patrouille de France soutient la Fondation Thierry Latran (recherche contre la sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Charcot), et soutient également l'association Solid'Air, qui œuvre au profit de personnel de l'armée de l'air qui est directement confronté à un handicap (ou au sein de sa famille).

 

Chaque année, la Patrouille de France assure une cinquantaine de représentations au cours de manifestations aériennes.

 

Les parrains

 

Le premier parrain de la Patrouille de France était Alain Delon, en 1988.

En 1990, Michel Drucker accepte d'être le parrain de la Patrouille de France.

En 1991, la Patrouille de France choisit Jean-Claude Killy.

En 1993, à l'occasion du 40e anniversaire de la formation, Albert de Monaco devient le parrain de la PAF.

En 2001, le champion de judo David Douillet endosse la responsabilité d'être le parrain

En 2010, la première dame de France Carla Bruni-Sarkozy devient, aux côtés de la première femme leader, la toute première marraine.

En 2012, le joueur de rugby du stade toulousain et capitaine de l'Equipe de France, Thierry Dussautoir, devient le parrain pour l'année en cours.

 

 

Crédits photos : Céline GATINOIS - REPRODUCTION INTERDITE

Merci à Céline pour ces sublimes photos



17/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres