Deux grenoblois dans le sud

Deux grenoblois dans le sud

Apprendre à vivre avec un vieux chien

Le grand âge guette tous les chiens. Toutes les races ne sont pas égales face au vieillissement, les grands gabarits vivent moins longtemps que les petits. Apprenez à bien vivre, ensemble, les dernières années de votre fidèle compagnon..

 

Le connaissant par coeur, vous savez décrire les transformations observées  : il a des difficulté à monter en voiture, il dort plus, il n'a plus envie de jouer, plus l'envie d'aller se promener, est d'humeur grognon, mange plus, a une raideur matinale... Heureusement, tous ces signes ne sont pas associés, mais il faut les repérer car ils sont les signes du passage à la vieillesse. Le chien est plus calme, dort davantage, recherche la compagnie de ses maîtres. Il faut le ménager, mais aussi le stimuler.

Le chien senior a besoin de vous ! Le vieux chien n'aime pas la solitude et a besoin de se sentir entouré et protégé. D'une manière générale, son état empêche de très longues sorties, le tout est de savoir doser entre le ménager et le stimuler. Il faut continuer à lui faire mener une vie normale, et trouver un juste équilibre entre activités physiques, effort mental et vie sociale.

 

Le très grand âge : La phase suivante est plus difficile à vivre pour le chien comme pour son maître. Il faut s'assurer que son organisme se porte bien car un vieux chien qui souffre aura beaucoup plus tendance à se laisser aller que celui qui se sent bien. Ne vous étonnez pas si vous avez l'impression qu'il perd un peu la tête, s'il se met à aboyer la nuit ou s'il adopte des comportements bizarres. Les symptômes les plus fréquents sont l'incontinence, l'anxiété nocturne, la difficulté à se mouvoir ou encore la diminution de sa tolérance au sens large. Il faut apprendre à gérer ces comportements. Le très vieux chien n'a pas besoin de vivre dans un grand espace, un petit espace lui correspond mieux car il se sent davantage protégé. Les grands chiens sont très heureux dans une pièce qu'ils connaissent par coeur organisée pour eux.

 

Confiner son chien ne signifie pas arrêter de le sortir. Tant qu'il peut sortir et qu'il y prend plaisir, il faut continuer à lui offrir des petites promenades mais au ralenti.

 

LE PLUS DIFFICILE MOMENT A VIVRE

 

La fin de vie : c'est le moment le plus difficile à vivre dans votre histoire d'amour avec votre chien. Tant qu'on ne l'a pas vécu, on n'imagine pas à quel point son départ est douloureux. Dans beaucoup de cas, s'il est régulièrement suivi par son vétérinaire, on sait que son fidèle compagnon n'a plus que quelques mois ou semaines à vivre. C'est le moment ou jamais d'en profiter, de lui offrir le meilleur de nous-même et de lui rendre au centuple tout ce qu'il nous a apporté. Plus que jamais, il a besoin d'attention et d'affection, alors ne l'en privez pas.

 

Le plus beau des départs reste celui qui arrive pendant son sommeil, mais malheureusement, cela ne se passe pas toujours comme ça. N'hésitez pas à vous appuyer sur votre vétérinaire qui, lui a la triste expérience de voir des animaux en fin de vie. Sachez que vous ne serez jamais jugé et que la mort de votre compagnon affecte aussi celui qui l'a soigné toute sa vie. II saura vous guider car il vous connaît tous les deux. Au fil des années, il a compris le lien particulier qui vous unit à votre animal et il saura gérer au mieux les conditions et le moment où il faut mettre un terme à la vie du très vieux chien. Quand il souffre davantage qu'il ne prend plaisir, il faut avoir le courage d'envisager cette fin. Elle n'est pas douloureuse pour l'animal qui s'endort pour la dernière fois dans les bras de son maître.

 

Notre chienne Roxane est partie en douceur dans son sommeil le 17 août 2011, quel soulagement celà a été pour nous de ne pas aller chez le vétérinaire pour l'endormir...

 



05/12/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres